crossé


crossé

crosse [ krɔs ] n. f.
• 1080; germ. °krukja, avec infl. de croc
1Bâton pastoral d'évêque ou d'abbé dont l'extrémité supérieure se recourbe en volute. La mitre et la crosse sont les symboles de la dignité épiscopale.
2Bâton recourbé utilisé dans certains jeux pour pousser la balle. Crosse de golf ( 2. club) , de hockey.
3Extrémité recourbée. « les crosses de fougères, feutrées d'un duvet délicat » (Genevoix).
Spécialt Crosse d'un violon : partie recourbée qui porte les chevilles. — Crosse de piston : extrémité de la tige. — Anat. Crosse de l'aorte. Bouch. Crosse de bœuf, de veau : condyle fémoral.
4Partie postérieure (d'une arme à feu portative). Revolver à crosse de nacre. Appuyer la crosse du fusil contre l'épaule pour tirer. Assommer qqn à coups de crosse. Loc. fig. Mettre, lever la crosse en l'air : refuser le combat; se rendre.
⊗ HOM. Cross, crosses.

crosse nom féminin (germanique krukja) Bâton pastoral dont la partie supérieure est recourbée en volute, insigne de l'autorité épiscopale ou abbatiale. Bâton à bout généralement recourbé, avec lequel on pousse une balle, un palet dans certains jeux ou sports (hockey, crosse). Partie recourbée d'un manche, d'un bâton : Crosse de canne. Partie d'une arme à feu portative prolongeant le fût et servant à la tenir en main ou à l'épauler. Anatomie Nom de certaines portions d'organes en raison de leur trajet. Architecture Ornement fait d'une tige qui s'enroule en volute. (Des crosses s'enroulent notamment sous l'abaque du chapiteau corinthien.) Armement Partie de l'affût d'un canon qui repose sur le sol. Bâtiment Dans un ouvrage en béton armé, extrémité recourbée en crochet d'une barre d'armature, pour en assurer l'ancrage. Boucherie Parties du bœuf et du veau situées à l'extrémité supérieure de l'avant-bras et de la jambe. (Entièrement osseuse, cette partie n'est pas un morceau de boucherie.) Héraldique Meuble figuré normalement tourné et placé en pal ou en bande. Ornement extérieur des armes ecclésiastiques catholiques romaines, placé en pal derrière l'écu. Musique Synonyme de volute. Sports Sport pratiqué surtout au Canada, opposant deux équipes de dix ou douze joueurs et consistant à expédier dans les buts adverses une balle de caoutchouc à l'aide d'une crosse. ● crosse (expressions) nom féminin (germanique krukja) Lever, mettre la crosse en l'air, refuser de se battre, se rendre. Crosse d'appontage, crochet situé sous le fuselage d'un avion embarqué et qui est destiné, sur un porte-avions, à accrocher les câbles métalliques disposés en travers du pont, afin de freiner la course de l'appareil à l'atterrissage. Crosse de l'aorte, la première partie de l'aorte, dont la courbure concave vers le bas contourne le pédicule pulmonaire gauche. ● crosse (homonymes) nom féminin (germanique krukja) cross nom masculin cross nom masculin invariablecrosse (synonymes) nom féminin (germanique krukja) Sports. Sport pratiqué surtout au Canada, opposant deux équipes de dix...
Synonymes :
Synonymes :
- Musique. volute

n. f.
d1./d Bâton pastoral d'évêque ou d'abbé, à bout recourbé.
d2./d Bâton à bout recourbé utilisé dans certains jeux pour frapper ou pousser la balle. Crosse de hockey.
Crosse de jet: sorte de boomerang.
d3./d Partie du fût d'un fusil, d'un pistolet, etc., qu'on appuie contre l'épaule ou que l'on serre dans la main pour tirer.
d4./d TECH Pièce recourbée à une de ses extrémités. Crosse de violon.
|| ANAT Partie recourbée d'un vaisseau. Crosse de l'aorte: courbe de l'aorte dans le médiastin, à sa sortie du coeur.
|| BOT Extrémité recourbée d'une inflorescence et de certaines feuilles. Crosse de fougère.

⇒CROSSE, subst. fém.
I.— Élément dont l'extrémité est recourbée.
A.— Long bâton, dont l'extrémité supérieure est recourbée en volute, qui est le signe de la dignité abbatiale et épiscopale. Crosse abbatiale, d'abbé, d'évêque; crosse d'argent. La dépravation des deux puissances ecclésiastiques et séculière est moins périlleuse (...) que leur confusion. La crosse et l'épée se sont unies dans des mains violentes (OZANAM, Philos. Dante, 1838, p. 117). Quatre évêques disent des prières. Ils sont vêtus somptueusement; mitres et chapes richement brodées. Chacun d'eux a sa crosse (GREEN, Journal, 1930, p. 29). Mitre en tête et crosse en main (BILLY, Introïbo, 1939, p. 155) :
1. Le bon abbé de San-Lucar, paré des habits pontificaux, ayant sa mitre enrichie de pierres précieuses, son rochet, sa crosse d'or, siégeait, roi du chœur, sur un fauteuil d'un luxe impérial au milieu de tout son clergé, composé d'impassibles vieillards...
BALZAC, L'Élixir de longue vie, 1830, p. 393.
HÉRALD. Bâton d'or ou d'argent, recourbé et fleuronné par le haut et dans la partie courbe, qui est un ornement ou, plus rarement, un meuble de l'écu d'un évêque, d'un abbé ou d'une abbesse. La grille au-dessus de laquelle les armes, la crosse, le chapeau et la devise étaient sculptés (BILLY, Introïbo, 1939 p. 179).
P. compar. ou p. métaph., au fig. Nez, favoris en crosse. Des sursauts, bien sûr, elle [la vipère] en avait (...) d'abord en spirale, puis en crosse d'évêque, puis en point d'interrogation (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 9).
Spéc. [En parlant de certaines parties de plantes, en partic. lorsqu'il s'agit de fougères] Feuille en crosse. Les fougères sèches jonchaient le sol que perçaient les nouvelles crosses, d'un vert acide (MAURIAC, Th. Desqueyroux, 1927, p. 193).
B.— P. ext.
1. Bâton recourbé avec lequel on pousse une balle dans certains jeux. Crosse de cricket, de hockey. Synon. canne (cf. ce mot B 2 b). De beaux bagages fatigués, carton à chapeaux, crosses de golf, raquettes (MAURIAC, Asmodée, 1938, I, 6, p. 43). Les paysans (...) trouvent leur amusement favori à « chouler », c'est-à-dire à pousser une boule de bois, à coups de crosse ou de maillet, dans le camp d'un adversaire (FARAL, Vie temps St Louis, 1942, p. 205).
P. méton.
Vx (France, Canada). Jeu où les joueurs, divisés en deux équipes, cherchent à envoyer, à l'aide d'une crosse (supra I B 1), une balle dans les buts du camp adverse. Crosse canadienne; jeu de la crosse; jouer à la crosse. Synon. cricket. Au milieu de sa besogne, il [Zacharie] était resté sur le dos, les yeux vagues, rêvassant aux parties de crosse qu'il avait faites la veille (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1175).
Rem. Dans le jeu de la crosse canadienne la concavité de la crosse est munie d'un filet, en cuir, qui permet de rattraper la balle à la volée. Attesté ds Nouv. Lar. ill., Lar. 20e, BÉL. 1957.
♦ [Avec une épithète] Le joueur lui-même. Quelques-unes des plus fameuses « crosses » du Canada joueront cet hiver à Paris (L'Auto, 12 sept. 1933, p. 5 ds GRUBB, Fr. sp. neol., 1937, p. 30).
2. Vx et région. (Suisse, Savoie, Midi). Bâton, dont l'extrémité supérieure est recourbée et sur lequel s'appuient, pour marcher, les infirmes. Marcher avec des crosses. Synon. béquilles. Les estropiés qui se balancent entre leurs crosses de frêne (POURRAT, Gaspard, 1930, p. 58).
3. Bâton allongé et bifurqué qui sert à fixer les claies d'un parc à moutons. Dans le parc, au milieu des claies mobiles, que fixaient les bâtons des crosses, enfoncés en terre, les moutons, vautrés, respiraient d'une haleine courte et pénible (ZOLA, Terre, 1887, p. 290).
II.— P. méton. Partie d'un élément présentant une certaine courbure.
A.— [En parlant d'obj. fabriqués]
1. Usuel. Crosse de canne. Mme de Cambremer tenait à la main, avec la crosse d'une ombrelle, plusieurs sacs brodés (PROUST, Sodome, 1922, p. 808).
2. MUS. [Dans un instrument à cordes] Partie recourbée du manche qui porte les chevilles. Crosse de luth, de viole, de violon, La tête ou crosse [du luth] était légèrement renversée et était munie de chevilles qu'on tournait pour tendre plus ou moins les cordes (ROUGNON 1935, p. 379).
3. TECHNOL. Crosse de piston. Extrémité de la tige du piston, guidée par deux glissières, qui s'articule avec la tête de la bielle-motrice. Lorsque le mécanisme de distribution est disposé pour la marche avant, la crosse du piston exerce sur la glissière supérieure (...) un effort dirigé de bas en haut (HERDNER, Constr. et conduite locomot., 1887, p. 53).
4. Domaine des armes à feu
a) Partie postérieure recourbée du pistolet, qui sert à le tenir à la main. Crosse de pistolet. Il allait, la main dans la poche de son veston, serrant la crosse d'un revolver (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 187). J'ai crispé ma main sur le revolver. La gâchette a cédé, j'ai touché le ventre poli de la crosse (CAMUS, Étranger, 1942, p. 1166).
b) P. ext. Partie postérieure d'une autre arme à feu portative, située à l'arrière du canon, et qui sert soit à l'appuyer à l'épaule (fusil, fusil-mitrailleur) soit à le tenir entre le bras et le côté (pistolet-mitrailleur) :
2. Des sentinelles marchaient le long des caisses (...) toutes les deux heures elles devaient (...) les obliger [les Algériens arrêtés] à faire dépasser leurs mains. La plupart des factionnaires, fâchés d'être obligés de couper leur sommeil pour garder ces « sales boukaks », en profitent pour frapper les doigts crispés d'un coup de la crosse métallique de leur Mas 36.
LEULIETTE, Saint-Michel et le Dragon, Paris, éd. de Minuit, 1961, p. 311.
SYNT. Crosse de fusil-mitrailleur, de pistolet-mitrailleur; crosse à l'épaule, à la main, au poing; battant de crosse; recevoir un coup de crosse dans la figure, les reins; assommer, battre, défoncer, enfoncer, frapper, refouler à coups de crosse.
Loc. Lever, mettre la crosse en l'air. Signe de révolte de la troupe vis-à-vis des officiers, et du refus de combattre en temps de guerre. Paix entre nous (...) Appliquons la grève aux armées Crosse en l'air rompons les rangs (L'Internationale (E. Pottier), 1871).
c) Vx. Partie du canon contre laquelle s'appuie l'épaule du pointeur lorsqu'il donne la direction à la pièce. Bêche de crosse; crosse d'affût. Ce canon [canon Hotchkiss à tir rapide de 75 mm], est le plus lourd de ceux qui sont disposés pour être pointés et tirés à la crosse (LEDIEU, CADIAT, Nouv. matér. nav., 1899, p. 203). Lunette de crosse. Évidement circulaire pratiqué dans le bout de crosse d'un affût pour permettre de l'accrocher à son avant-train. L'arrière-train [d'un caisson de 75] est réuni à l'avant-train, par une lunette de crosse s'engageant dans un crochet-cheville-arrière (ALVIN, Artill., Matér., 1908, p. 237).
B.— P. anal., MÉD. Courbure des vaisseaux sanguins et des troncs lymphatiques.
Crosse aortique, de l'aorte. Premier segment de l'aorte dont la courbure, concave vers le bas, contourne le pédicule pulmonaire gauche et qui comprend l'aorte ascendante et l'arc de l'aorte. Dans son ensemble, sa forme est exactement comparable à une crosse d'évêque (...) Cette partie initiale supérieure est la seule qui soit comprise comme crosse de l'aorte (GÉRARD, Anat. hum., 1912, p. 253).
Crosse de l'azygos. Portion terminale de la grande veine azygos qui contourne le pédicule pulmonaire droit à hauteur de la quatrième vertèbre dorsale. Elle [l'azygos] s'infléchit d'arrière en avant, enjambe la bronche droite — crosse de l'azygos — et s'abouche dans la face postérieure de la veine cave supérieure (GÉRARD, Anat. hum., 1912 p. 283).
SYNT. Crosse de l'artère coronaire-stomachique, épigastrique, utérine; crosse de la saphène externe, interne; crosse de la veine céphalique; crosse du canal thoracique; syndrome de la crosse aortique.
Prononc. et Orth. :[]. o se conserve [] ouvert et bref parce que -ss- correspond à un anc. c : croce (cf. BUBEN 1935, § 53). Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1160 « bâton pastoral » (Roland, éd. J. Bédier, 1509); 2. 1160-85 « sorte de béquille recourbée » (Philomena, 350 ds T.-L.); 3. 1381 terme de jeux (ds DU CANGE, s.v. crossare); 1616-20 « extrémité recourbée du bois d'un mousqueton » (D'AUBIGNÉ, Hist., I, 288 ds LITTRÉ); 4. av. 1752 crosse de l'aorte ([Joseph-Guichard] Du Verney ds Trév. 1752). Issu, de même que ses corresp. ital. et esp. (REW3, n° 4785), du germ. krukja « bâton à extrémité recourbée » que l'on peut déduire de l'a. h. all. krucka, a. saxon krukka, m. néerl. crucke (KLUGE20, s.v. Krücke). Fréq. abs. littér. : 431. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 488, b) 762; XXe s. : a) 763, b) 548. Bbg. BRUCH 1913, p. 138. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 154. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 89, 226; Lang. par. 1920, p. 286.

crosse [kʀɔs] n. f.
ÉTYM. 1080, Chanson de Roland; du germanique krukja « bâton à bout recourbé », avec infl. de croc.
———
I
1 Bâton pastoral d'évêque ou d'abbé dont l'extrémité supérieure se recourbe en volute. || La mitre et la crosse sont les symboles du pouvoir épiscopal. || Crosse d'argent, d'or, de cuivre. || Hampe, nœud d'une crosse. || Crosse à nœud ouvragé. || Personne qui porte la crosse d'un évêque. Porte-crosse.
1 Et lors il se leva, et s'appuya sur sa crosse.
Joinville, 198, in Littré.
2 (Le prélat) fit, au dos d'un carrosse,
À côté d'une mitre armorier sa crosse.
Boileau, le Lutrin, VI.
3 En une silencieuse procession, ils s'avançaient, alourdis par leurs rigides chapes qui tombaient, en s'évasant, de leurs épaules, pareilles à des cloches d'or fendues sur le devant, et ils tenaient la crosse à laquelle pendait le manipule, une sorte de voile vert.
Huysmans, Là-bas, XVII, p. 244.
Blason. Bâton pastoral ornant l'écu d'un évêque ou d'un abbé.
2 (XIVe, in F. E. W.). Bâton recourbé utilisé dans certains jeux pour pousser la balle. || Crosse de cricket, de hockey. || Crosse de golf. Club. || Garçon qui porte les crosses. Caddie.
Vx. Ancien jeu collectif semblable au hockey sur gazon.Canada. Sport, héritier de l'ancienne crosse française et d'un jeu amérindien, voisin du hockey. || Une équipe de crosse. Lacrosse.
3 (XIIIe). Vx. Béquille qui se pose sous l'aisselle. || Marcher avec des crosses.
———
II
1 (XIIIe). Bout recourbé (d'un objet fabriqué). || La crosse d'une canne. || La crosse d'un violon; une crosse de violon : partie recourbée qui porte les chevilles.Mécan. || Crosse de piston : extrémité de la tige du piston qui vient s'articuler avec la tête de la bielle motrice.Mar. Longue pièce de métal protégeant la partie basse du gouvernail.
2 (Déb. XVIIe, d'Aubigné). Cour. Partie postérieure recourbée (d'un pistolet, d'un revolver). || Crosse de revolver. || Crosse sculptée, en argent. || Les policiers gardaient la main sur la crosse de leur revolver. || Assommer qqn à coups de crosse.
4 Thomas Trublet, qui avait brisé sur les os espagnols trois épées, son poignard, et la crosse de tous ses pistolets, brandissait maintenant deux haches énormes, et se battait comme les bûcherons se battent contre les chênes.
Claude Farrère, Thomas l'Agnelet, p. 109.
Partie postérieure (d'une arme à feu portative) servant à épauler. || Crosse de fusil en bois, en acier. || Crosse démontable. || Appuyer la crosse du fusil contre l'épaule pour tirer. || Coude de la crosse d'un fusil. Busc.Crosse d'un fusil-mitrailleur, d'un pistolet-mitrailleur.
5 Dans les chambres, on entendait un brouhaha de voix, un fracas de crosses de fusil qui retombaient une à une sur le sol cimenté.
P. Mac Orlan, la Bandera, XV, p. 186.
Loc. Mettre, lever la crosse en l'air. Fig. Arrêter le combat; se rendre.
5.1 Sur le bruit qu'un nouveau gouvernement venait de s'introduire dans le palais national, les troupes mirent la crosse en l'air.
La bataille était finie, la fraternisation commença.
A. Robida, le Vingtième Siècle, p. 295 (1883).
Au temps pour les crosses !, ordre de recommencer le maniement d'armes, lorsque le bruit des crosses n'est pas synchrone.Fig. Recommencez.
Vx. || Crosse d'affût d'un canon : partie par laquelle il repose sur le sol. || Soc de la crosse d'un canon limitant le recul de la pièce. Bêche.
3 Objet naturel en forme de crosse; extrémité recourbée.(1752). Anat. || La crosse de l'aorte, de l'azygos. || Segment de la crosse de l'aorte ( Arc).
Bot. Extrémité recourbée d'une inflorescence. || Inflorescence en crosse (l'axe des fleurs étant recourbé sur lui-même).Jeune feuille de fougère enroulée sur elle-même (comestible).
6 Dorées aussi étaient les feuilles de chênes, et dorées les crosses de fougères, feutrées d'un duvet délicat, si vite épanouies que l'œil suivait leur déroulement, et déjà, une à une, l'éploiement de leurs palmes (…)
M. Genevoix, Raboliot, IV, II, p. 222.
Partie recourbée d'une plume d'oiseau. || Les crosses : les plumes recourbées de l'aigrette.
Bouch. || Crosse de bœuf : morceau situé au-dessous du gîte.
DÉR. et COMP. Crossé, crosser, crossette. Porte-crosse.
HOM. Cross, crosses.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • crosse — [ krɔs ] n. f. • 1080; germ. °krukja, avec infl. de croc 1 ♦ Bâton pastoral d évêque ou d abbé dont l extrémité supérieure se recourbe en volute. La mitre et la crosse sont les symboles de la dignité épiscopale. 2 ♦ Bâton recourbé utilisé dans… …   Encyclopédie Universelle

  • Crosse — is a surname, and may refer to: Andrew Crosse (1784–1855), British amateur scientist Damien Crosse (born 1982), Cuban American pornographic actor Edmond Francis Crosse (1858 1941), first Archdeacon of Chesterfield John Crosse, English radio DJ,… …   Wikipedia

  • crossé — crossé, ée 1. (kro sé, sée) adj. Qui a droit de porter la crosse. •   Il n y avait ni évêque, ni abbé crossé, VOLT. Phil. III, 300. ÉTYMOLOGIE    Crosse. crossé, ée 2. (kro sé, sée) part. passé. 1°   Poussé avec la crosse. Balle crossée …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • crosse — crosse; la·crosse; po·lo·crosse; …   English syllables

  • crossé — Crossé, [cross]ée. adj. Qui a droit de porter crosse. Un Abbé crossé & mitré …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Crosse — Crosse, n. [F., crosier, hooked stick.] The implement with which the ball is thrown and caught in the game of lacrosse. [Webster 1913 Suppl.] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Crosse — Crosse, La (spr. kroß), Stadt im nordamerik. Staate Wisconsin, an der Mündung des La C. und Black River in den Mississippi, (1900) 28.895 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Crosse — vgl. Krosse …   Das Wörterbuch medizinischer Fachausdrücke

  • crosse — s. m. [Esporte] O mesmo que corta mato. • Plural: crosses.   ‣ Etimologia: redução de cross country …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • crosse — Crosse, voyez Croce …   Thresor de la langue françoyse